Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/09/2012

Ketty Steward - Connexions interrompues

Steward.jpgOui, Rivière Blanche est l'éditeur d'une bonne partie de mes projets.

Oui, Ketty Steward est l'excellente correctrice de Géante Rouge, le fanzine que je dirige.

Et alors?

Copinage?

Rien à fiche. D'abord, ce livre, je l'ai payé, de mes petits sous. Non mais. J'ai donc le droit d'en dire ce que je veux. NON MAIS.

Sous une couverture assez... ... spéciale, se cachent quinze nouvelles. Dont sans doute certaines de trop. Je sais par expérience que vous faire un livre chez Rivière Blanche, il faut techniquement atteindre un certain volume, du coup Ketty Steward a beaucoup rassemblé de ses textes, et certains auraient mérité de passer par l'écrémage. Non qu'ils soient foncièrement mauvais, même si effectivement "L'ère des nourriciers" est un texte de jeunesse (l'auteur l'avoue volontiers), "Si mine de rien" est basée sur un postulat un brin bancal,  et si le texte du concours "Clavène" n'a pas grand intérêt. En fait, s'il eut fallu procéder à un écrémage, c'est plus recentrer le recueil sur une série de textes qui constituent un futur dystopique véritablement cohérent. Cette cohérence n'est pas annoncée, même pas dans les courtes présentations qui précèdent chaque nouvelle, mais elle apparaît grâce à quelques termes qui reviennent régulièrement: l'Arachnet ou le CRANE, par exemple.

Ces textes-là grouillent de belles trouvailles, des idées qui ne sont ni plus ni moins que des extrapolations logiques de ce qui existe déjà, de nos jours. Et ces visions font froid dans le dos, avec cette uniformisation accompagnée d'une douleur omniprésente. La douleur, voilà le thème central du recueil, plus que les connexions interrompues qui lui donnent son titre. Et à ce niveau-là, Ketty Steward tape très fort, très dur.

Et c'est bon - pour le lecteur, s'entend. Régulièrement on sent encore la plume qui se cherche, non pas au niveau du style, qui est maîtrisé, mais plus au niveau de la structure, qui laisse parfois quelques pistes non-suivies. Rien de bien grave, car le fond est là, un fond impressionnant. Et quand on achève une lecture sur un texte aussi formidable - fort, dense, émouvant - que "Ce qui compte", on ne peut qu'être content de connaître, pour de vrai, Ketty Steward.

Voilà. Et toc.

Copinage?

Rien à faire, vraiment.

Mais dis, Ketty, tu veux bien m'envoyer un texte pour Géante Rouge? Hein?

02/09/2012

Yves Dermèze - Le Titan de l'espace

Dermèze.jpgYves Dermèze. Voilà un grand ancien de la SF française que je n'ai pas lu depuis une éternité. A vrai dire, j'ai du lire de lui quelques romans, au tout début où je m'intéressais à la SF - j'étais ado - et vu la masse de livres que j'ai pu dévorer à cette époque, cela ne m'étonne plus guère que je ne souvienne plus de rien en dehors des Lumières, un chouette récit façon "mythe de la caverne" de Platon. Un bon point quelque part, car cela veut dire que ce que j'ai pu lire de Dermèze n'était pas assez mauvais pour me marquer. Et puis voilà que dans une brocante je tombe sur ce volume du Masque SF (1976), avec une couverture fort sympathique pour accompagner un titre: Le Titan de l'espace, roman initialement paru en 1954.

1954: autant dire que l'on se place au tout début de la SF française moderne. A cette époque, Yves Dermèze - qui n'est qu'un pseudonyme parmi d'autres de Paul Bérato, a déjà une bonne douzaine de romans à son actif, tous des petits romans populaires. Quand Le Titan de l'espace paraît, c'est dans la fameuse collection "Série 2000" de Métal (oui, les couvertures métalisées si chère à la SF en France viennent de là), une collection qui fut une des fondatrices du domaine d'après guerre, avec le Fleuve Noir Anticipation, Présence du Futur de Denoël et Le Rayon fantastique chez Hachette.

Dans Le Titan de l'espace, il est question de ce que l'auteur appelle un "être-force", une entitée immense, toute puissante, capable de voyager d'une galaxie à l'autre, et qui tire son énergie de la vie, qu'elle éteint d'un monde à l'autre. Chob, initialement, n'était pas seul. Mais la vie se faisant de plus en plus rare, les siens ont commencé à disparaître, et lui-même est sans doute un des derniers. Il est épuisé, d'ailleurs, voilà longtemps qu'il n'a croisé de planète porteuse de vie. Son "corps" s'éfiloche sur des années lumières. Et voilà qu'il croise un vaisseau spatial, venant de la Terre.

Aussitôt, il tue les membres de l'équipage et s'empare de leurs corps. Tous sont ainsi transformés en "robots", plus ou moins autonomes, tous sauf Robson, un obscur ingénieur, qu'un autre être-force, Akar, a sauvé. Cela fait longtemps qu'Akar reste à proximité de la Terre. Mais lui n'y a pas éteint la vie: il l'a cultivée, ne se nourrissant que des morts naturelles. Les êtres vivants de la Terre sont son bétail, et naturellement il va chercher à défendre son cheptel. Ainsi, un combat à mort entre Chob, Akar et Robson va s'engager.

Si l'on passe sous silence la relative pauvreté de style (relative car nous sommes clairement dans le domaine du roman populaire) et la simplicité psychologique des personnages, on retiendra de ce roman parfaitement bien structuté des images saisissantes. Notamment de ces entités, étranges, basée sur une physique que l'auteur ne maîtrisait sans doute pas, mais rendu crédible par un système logique interne impeccable. Notamment aussi du paysage social de ce futur lointain, avec un monde réduit, suite à une guerre nucléaire, à l'Amérique du Nord et à l'Europe unie, toutes deux devenues dictatures et voulant se faire la guerre, une guerre qui pourrait être la dernière. Car l'atome est partout dans ce monde visiblement devenu fou. C'est d'ailleurs ce qui sauvera une partie de la population: les être-force ne peuvent pénétrer les "écrans atomiques" sans perdre une grande partie de leur pouvoir. On retiendra aussi ce qui est sans doute la première invasion de zombies au monde, avec cette armée de corps manipulés que Chob met en place. Bref, ça grouille d'idées, et des bonnes. Ce Dermèze pouvait en 1954 sans conteste tenir tête à un Asimov ou à un Van Vogt (pour ne prendre que des auteurs américains sans style, mais à idées). Un petit roman brillant.

12/08/2012

Clark Ashton Smith - Zothique

Zothique.jpgVoilà une relecture qui me faisait un peu peur. Clark Ashton Smith est un auteur que j'avais déjà abordé, encore adolescent, à la suite de Lovecraft, à un moment où ledit Lovecraft commençait à m'ennuyer ferme (il faut dire qu'avaler les trois tomes de chez Bouquins à la suite, ça n'était pas une bonne idée car un descendant un tel fleuve on se rend vite compte des facilités d'écriture du "maître"). Mais voilà, qui dit Lovecraft dit Smith, et Smith, ça m'avait bien plu.

Et ça me plaît toujours.

Ce petit recueil coordonné par Jean-Baptiste Baronian, a le mérite d'être très cohérent, à la différence des recueils publiés plus tard par NéO, en ce sens qu'il ne contient que des textes concernant le continent fictif de Zothique. 12 textes. De l'aveux même de Baronian, il en manque trois, plus deux "évocations poétiques". J'imagine que si ces derniers n'ont pas été intégrés, c'est juste pour respecter le format standard des éditions du Masque, dont le volume est réellement calibré. Dommage. Mais que cela n'empêche pas de goûter à ce qui reste.

Au premier abord, on serait tenté de ne voir dans ces contes qu'un décalque des Mille et Une nuits. Des déserts, des caravanes, des palais, des momies, des goules, tout est là. Mais dans cet univers orientale chatoyant, Smith infuse une dose non pas vraiment d'horreur - même parfois on en est très proche - mais de ce truc intraduisible qu'on a à l'époque appelé weird. De l'étrange, mais de l'étrange noir, voire macabre. Rares sont les textes à avoir une fin heureuse. Tous sont court, mais grâce au talent évocateur de l'auteur, tous permettent malgré tout une immersion profonde dans cet univers étrange où le surnaturel est naturel et attendu. Et dans tout cet ensemble, il faut réserver une mention spéciale à "L'Idole noire", au "Jardin d'Adompha", au "Dernier hiéroglyhe" et au "Dieu carnivore", autant de textes qui préfigurent avec brio la fantasy - je dis bien fantasy et non fantastique - moderne.