Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2020

Brandon Sanderson – Elantris

Sanderson.jpgElantris était une cité glorieuse, peuplée de demi-dieux, puissants magiciens qui pourvoyaient à tous les besoins du peuple du royaume d'Arélon, qu'elle dominait. Mais voilà qu'un jour son pouvoir s'est effondré et les Elantriens sont devenus de pauvres cadavres ambulants, immortels, mais chez qui toute douleur ne disparaît jamais.

À la suite d'une guerre civile particulièrement dure, le reste de la population s'est dotée d'un roi et d'une noblesse, issue des marchands les plus riches. Dix ans plus tard, Sarène, fille du roi de Téod, arrive pour épouser le fils du roi d'Arélon. Mais celui-ci a disparu... il est devenu un Elantrien et a été enfermé dans l'ancienne cité.

Pendant ce temps, le puissant royaume du Fjorden se prépare a faire main basse sur l'Arélon. 

Des rois, des princesses, des magiciens et des prêtres: pas de doute, nous avons affaire à de la fantasy classique. La preuve, il y a une carte. Fausse d'ailleurs, puisqu'à un moment on nous dit que le Fjorden est au-delà des mers, alors que sur la carte, il est au-delà d'une montagne. 

Premier roman de Brandon Sanderson, Elantris est, il faut l'avouer, un bon roman, à la lecture agréable et avec malgré tout quelques touches d'originalité. Cependant, c'est aussi un roman d'une facture et d'un style fort classique, sans réelle touche personnelle, comme un pur produit d'un bon atelier d'écriture américain. Il s'agit donc d'un gros pavé qui suit les destins croisés d'une poignée de personnages, apparaissant par alternance. On pourra aussi critiquer quelques rebondissements un peu faciles. 

Il est amusant de noter par exemple le fait que Sanderson se moque des théories de Joseph Campbell sur les héros, lorsqu'il parle de Hrathen, le "méchant" ("Tel un héros d'une épopée svordoise, il était descendu dans le monde souterrain – physiquement, mentalement et spirituellement – et en était revenu plus fort."), pour ensuite mieux l'appliquer à Raoden, le "gentil". Ainsi l'auteur n'a finalement pas su se débarrasser totalement de ces banalités narratives.

Commentaires

Je n'ai toujours pas lu de Sanderson......mais j'ai l'âme de l'empereur et Elantris dans la liseuse, un jour peut-être ^^

Écrit par : Elhyandra | 16/02/2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire