Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2021

À propos des Éditions en Langues étrangères soviétiques (1945-1969)

Ayant eu à travailler sur la science-fiction soviétique, il m’a fallu dès le départ me pencher sur ce qu’on appelle en général les Éditions en Langues étrangères de Moscou, des publications réalisées à Moscou, mais en diverses langues, durant toute l’histoire de l’URSS. Il y en eut évidemment en français, et un certain nombre relevait de la science-fiction. Mais force est de reconnaître que l’histoire et les productions de ces éditions sont fort mal connues, et les aborder est d’autant plus difficile que le catalogue de la BNF est particulièrement lacunaire les concernant.

Pour ne rien arranger, ces livres ont souvent, au début des années 1960, été édités sans date. Enfin, la structure éditoriale même a été fluctuante. Les « Éditions en Langues étrangères » n’ont pas de réelle existence. De 1931 à 1963, la maison éditrice était la Maison d’Éditions de Littérature en langues étrangères (Издательство литературы на иностранных языках), à Moscou, laquelle fut fondue en 1963 dans une nouvelle structure, les Éditions du Progrès (Прогресс). Parallèlement, les éditions Mir (Мир) sont fondées en 1964 : ce sont elles qui, peu à peu, vont s’occuper des ouvrages de vulgarisation scientifique, ne laissant aux éditions du Progrès que les essais et la littérature. Le label éditorial « Éditions du Progrès » n’apparaît cependant qu’assez tardivement, après 1965 semble-t-il, tandis que « Éditions en Langues étrangères » persiste encore un certain temps. Enfin les choses sont encore complexifiées par la mention de diverses collections, au nom très fluctuant, dont certaines n’ont parfois eu qu’un seul titre.

Ce que l’on peut remarquer en tout cas, c’est qu’il s’agit d’une manière générale de beaux livres (reste à savoir s’ils sont bons). S’il y a bien quelques livres de poches ou simplement brochés, la majorité est constituée de livres reliés, dotés d’une élégante reliure toilée. Ils sont imprimés sur du beau papier, illustrés, dans un style relevant certes du réalisme soviétique, mais qui convient bien à l’impression en noir et blanc et qui est souvent très élégant. L’impression elle-même est souvent bichrome, avec le texte en noir et quelques éléments de design dans une autre couleur. L’ensemble possède souvent une jaquette, qui est hélas le point faible de ces éditions : fragiles, elles sont rarement conservées. Lorsqu’il n’y a pas de jaquette, la reliure est imprimée en relief.

Les traductions sont d’une manière générale correctes – sauf parfois dans le domaine de la science-fiction où l’on sent les traducteurs peu à l’aise avec un genre au vocabulaire à part. Les textes ne sont pas coupés, la seule exception étant le recueil de travaux de Tsiolkovski, pour lequel on a ôté quelques phrases de-ci de-là, sans que je puisse comprendre les raisons de ces coupures heureusement minimes.

 

 

La note ci-dessous ne se veut pas une étude détaillée de ces éditions, qui reste à faire. Il s’agit plutôt du parcours d’une collection personnelle, qui ne reflète que partiellement leur production. Qui plus est, j’ai fait le choix d’arrêter pour l’instant la chronologie à 1969 (pour les éditions russes). Les titres qui ne sont pas accompagnés d’un commentaire sur le fond n’ont pas encore été lus. Toutes les photographies sont de moi – d’où le fait qu’elles ne sont parfois pas très bonnes, car je ne suis pas un professionnel (cliquez dessus pour les agrandir).

 

 

Dès les années 1930, l’URSS se lance dans un effort de propagande important destiné aux autres pays, et donc dans des langues diverses. En français, plusieurs revues sont imprimées, comme le magazine Revue de Moscou, ou encore V.O.K.S. Organe de la Société pour les relations culturelles entre l'U.R.S.S. et les pays étrangers, ainsi qu’une poignée de livres. C’est une période que je connais encore fort mal : trouver des exemplaires de ces productions à des prix raisonnables relève de l’exploit. Sans doute ces revues et livres n’étaient-ils pas très bien diffusés.

Cet effort s’interrompt sans surprise avec la Seconde Guerre mondiale (même s’il y a encore eu une édition en français des Œuvres choisies de Lénine en deux volumes en 1941).

 

Les années 1940

 

Je ne possède que trois titres de cette période, mais il y en eut bien plus.

 

Littérature

 

Léon Tolstoï, Les Récits de Sébastopol, 1946

1-Tolstoi.JPG1-Tolstoi-2.JPGUn classique donc. Les Éditions en Langues étrangères n’étaient pas fermées aux classiques de l’époque impériale. Ceux-ci étaient en revanche sélectionnés avec soin pour la compatibilité de leurs auteurs avec l’univers mental soviétique. Or l’influence de Tolstoï sur celui-ci est indéniable. Et ce recueil de récits de jeunesse est vraiment très bon.

 

Sergueï Dikovski, Le Commandant de l’île aux oiseaux, 1947

2-Capitaine.jpg2-Capitaine-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Boris Grékov, La Culture de la Russie de Kiev, 1947

DSCN8490.JPGDSCN8491.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Consacré aux premiers temps de la Rus’, cet État, ou conglomérat d’États princiers qui n’est ni la Russie, ni l’Ukraine, ce petit livre offre une belle synthèse pour l’époque. Et c’est surtout une merveille d’impression polychrome.

 

 

 

Les années 1950

 

Littérature

 

Il semble n’y avoir eu qu’une seule salve de publications durant les années 1950 : ce fut en 1954, donc juste après la mort de Staline. En tout cas, tous les livres que je possède sont marqués de cette date.

Vladimir Doudintsev, La Station « Nina », 1954.

DSCN8430.JPG

DSCN8431.JPG

Petit recueil de nouvelles édité au format poche, il narre les aventures d’un groupe d’ingénieurs chargés de tracer une nouvelle route dans les montagnes de Kirghizie. C’est du pur réalisme soviétique, idéaliste, mais c’est joliment écrit.

 

 

 

Ivan Efremov, Le Lac hanté et autres récits scientifiques, 1954.

DSCN8440.JPGDSCN8441.JPG

Voilà la première belle surprise des Éditions en Langues étrangères : leur ouverture aux littératures de genre, fraîchement déstalinisées, avec en premier ce recueil de nouvelles de science-fiction (le terme est bien mentionné en russe, mais devient « récits – ou contes – scientifiques » en français). Ce sont des textes parfois un peu naïfs mais bien écrits et plein d’aventure. Ils sont joliment illustrés en couleur. Il y a eu au moins deux tirages différents de cette édition.

 

Alexeï Tolstoï, Le Chemin des tourments, 3 volumes, 1954.

DSCN8452.JPGDSCN8453.JPGDSCN8454.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette trilogie fameuse d’Alexeï Tolstoï est un vrai bon moment de lecture. Le premier tome offre d’ailleurs un récit remarquable de la révolution, un récit neutre, écrit alors que Tolstoï était encore à Berlin. Ces trois volumes n’ont pas de jaquette, mais ont été édités dans un coffret en carton dont la préservation est exceptionnelle. Pour ma part, je ne l’ai pas.

 

Iouri Trifonov, Les Étudiants, 1954.

DSCN8466.JPGDSCN8467.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sans jaquette. Il est indiqué « 2e édition », mais je n’ai jamais vu la première.

 

Mikhaïl Boubennov, Le Bouleau argenté, 2 volumes, 1954.

DSCN8789[1].jpg

 

 

 

 

DSCN8790[1].jpgDSCN8791[1].jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCN8792[1].jpg

 

 

 

 

DSCN8793[1].jpgDSCN8794[1].jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vsévolod Kotchétov, Les Jourbine, 1954.

DSCN8592[1].jpgDSCN8593[1].jpgDSCN8594[1].jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sciences

 

Alexandre Mongaït, L’Archéologie en URSS, 1959.

DSCN8487.JPGDSCN8488.JPGDSCN8489.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fort volume très illustré, qui s’ouvre par quelques pages citant avec application Marx, Engels et Lénine (mais évidemment plus Staline), ce livre présentant les dernières recherches archéologiques en URSS offre toutefois une belle ouverture aux non-russisant leur permettant d’apprécier les travaux soviétiques, qui couvrent des périodes et des espaces très larges.

 

Vladimir Obroutchev, Éléments de géologie, 1959.

DSCN8492.JPGDSCN8493.JPG

Plus connu (si l’on peut dire) en Occident pour ses récits de science-fiction (La Plutonie et la Terre de Sannikov), Obroutchev était avant tout géologue et explorateur. De son travail officiel il a tiré ce manuel, qui est évidemment daté, de nos jours, mais qui se lit avec plaisir.

 

 

Alexandre Oparine et Vassili Fessenkov, La Vie dans l’univers, 1958.

DSCN8494.JPGDSCN8495.JPG

Édité ici dans un format poche, cet essai vulgarisant est l’œuvre d’un biochimiste (Oparine) et d’un astrophysicien (Fessenkov) dont les travaux furent à la base des théories actuelles concernant l’apparition de la vie sur terre.

 

 

 

 

 

 

Vladimir Mezentsev, Les Spectres aériens, 1958.

DSCN8498.JPGDSCN8499.JPG

Joli ouvrage de vulgarisation scientifique (l’auteur est journaliste) sur les phénomènes aériens : mirages, aurores boréales, etc.

 

 

 

 

 

 

Les années 1960

 

Attention : les Éditions en Langues étrangères ont régulièrement publié des ouvrages sans date. Je pars du principe qu’ils l’ont tous été dans les années 1960, ce qui n’est pas forcément vrai.

 

Vsevolod Garchine, La Fleur rouge, sans date.

DSCN8468.JPGDSCN8471.JPGDSCN8472.JPG

Recueil de quelques-unes des nouvelles classiques de Garchine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ivan Franko, Le Boa constricteur, sans date.

DSCN8473.JPGDSCN8474.JPGDSCN8475.JPG

La présence d’un auteur qui a fait partie du mouvement ukrainien peut surprendre ici, mais Franko était un authentique socialiste, et les nouvelles ici sélectionnées, qui se passent toutes dans un même lieu de l’ouest de l’Ukraine, objet d’une ruée vers le pétrole à la fin du XIXe siècle, sont une belle dénonciation des ravages du capitalisme sauvage. Certains des récits sont très forts et poignants.

 

 

 

 

 

 

 

Vladimir Korolenko, La Forêt bruit, sans date.

DSCN8478.JPGDSCN8479.JPGDSCN8480.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autre auteur ukrainien, mais russophone celui-ci, Korolenko est un peu oublié de nos jours, mais c’est un tort. La Forêt bruit, qui donne son titre à ce recueil, est un bijou.

 

Le Messager du cosmos. Récits d’anticipation scientifique d’auteurs soviétiques, sans date.

DSCN8434.JPGDSCN8433.JPG

 

 

 

 

 

 

Édité au format poche, il s’agit d’un recueil de science-fiction qui contient aussi des textes contemporains que des textes d’avant-guerre.

 

Le Chemin d’Amalthée. Nouvelles et récits d’écrivains soviétiques, sans date.

DSCN8435.JPGDSCN8436.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Édité au format poche. Les nouvelles datent des années 1950.

 

Cor Serpentis, sans date.

DSCN8485.JPGDSCN8486.JPG

 

 

 

 

 

 

C’est avec ce recueil, sans doute le plus tardif des trois, qu’apparaît enfin l’expression américaine de science-fiction.

 

Alexeï Tolstoï, Aélita, sans date.

DSCN8437.JPGDSCN8438.JPGDSCN8439.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Édité aussi au format poche, mais bel et bien relié, et doté d’une jaquette magnifique (quand elle est bien conservée, contrairement à celle de mon exemplaire). Ce roman classique de la science-fiction soviétique des années 1920 est toujours bien agréable à lire.

 

Alexeï Tolstoï, L’Hyperboloïde de l’ingénieur Garine, sans date.

DSCN8455.JPGDSCN8456.JPGDSCN8457.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autre classique de la science-fiction soviétique des années 1920, à la croisée du roman policier, d’espionnage et d’anticipation, bref, ce qu’on a appelé le « Pinkerton rouge ».

 

Ivan Efremov, Aux Confins de l’Œcumène, sans date.

DSCN8442.JPGDSCN8443.JPGDSCN8444.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà qui n’est pas à proprement parler un roman de science-fiction, mais plutôt un roman historique, qui se place dans l’Antiquité. Il s’agit du premier volet d’un diptyque, mais qui peut très bien se lire seul. Un beau récit d’aventures.

 

Ivan Efremov, La Nébuleuse d’Andromède, sans date.

DSCN8445.JPGDSCN8446.JPGDSCN8447.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Première édition en français d’un roman qui est devenu très vite un grand classique de la science-fiction soviétique.

 

Ivan Efremov, Récits. Contes scientifiques, sans date.

DSCN8449.JPGDSCN8450.JPGDSCN8451.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Seconde édition de ce recueil, dans un format plus petit, avec de nouvelles illustrations et avec jaquette.

 

Vladimir Obroutchev, La Plutonie, sans date (possiblement des années 1950).

DSCN8462.JPGDSCN8463.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce roman, basé sur le thème de la « terre creuse », se veut une réponse au Monde perdu de Conan Doyle. Passionnant récit d’exploration d’une terre souterraine dans laquelle il est possible de rencontrer tout un tas de créatures préhistoriques.

 

M. Baranova et Evguéni Veltistov, Tiapa, Boris et la fusée, sans date (vers 1965).

DSCN8464.JPGDSCN8465.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Livre pour enfants qui joue sur l’engouement pour la conquête spatiale.

 

Arcadi Gaïdar, L’École et autres récits, sans date.

DSCN8476.JPGDSCN8477.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Recueil qui regroupe quelques uns des grands classiques de la littérature pour enfants soviétique. Une première édition, différente dans sa forme, avait déjà eu lieu dans les années 1950, selon le catalogue de la BNF.

 

Anatoli Rybakov, La Dague, sans date (peut-être des années 1950).

DSCN8639[1].jpgDSCN8640[1].jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Premier volet d’une trilogie (les deux autres n’ont jamais été traduits), il s’agit là d’un roman pour enfants qui a tout d’un « Club des Cinq bolchevik ». L’action prend place durant la guerre civile et montre des jeunes habitants de la rue Arbat qui font tout pour devenir des Komsomol. Très idéologique, cette œuvre est aux antipodes des Enfants de l’Arbat, roman qui rendra l’auteur célèbre en Occident.

 

Une chose bien simple. Nouvelles soviétiques, sans date.

DSCN8481.JPGDSCN8482.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Anthologie d’auteurs contemporains.

 

À la Lumière du jour, sans date (après 1965).

DSCN8924.JPGDSCN8925.JPGDSCN8926.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recueil au format poche, mais relié et incluant un fascicule détachable présentant les auteurs, lesquels ne sont pas russes mais des autres républiques soviétiques.

 

Vill Lipatov, Fedor Aniskine, détective de Sibérie, sans date (vers 1965).

DSCN8460.JPGDSCN8461.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Court roman nouvelliste, qui narre les aventures d’un garde-chasse dans un petit village. Communiste convaincu, il tâche de maintenir l’ordre dans sa petite communauté rurale. On a ici quelque chose qui pourrait être l’équivalent soviétique de Don Camillo. C’est à la fois drôle et émouvant.

 

Iouri Guerman, La Cause que tu sers, sans date (vers 1965).

Iouri Guerman, La Cause que tu sers. Docteur Oustimenko, sans date (vers 1965).

Iouri Guerman, Le Retour du Docteur Oustimenko, sans date (vers 1965).

DSCN8917.JPGDSCN8918.JPGDSCN8919.JPGDSCN8920.JPGDSCN8921.JPGDSCN8501.JPGDSCN8502.JPGDSCN8503.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vladimir Belaev, La Vieille forteresse, sans date.

DSCN8504.JPGDSCN8505.JPGDSCN8506.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il s’agit de la traduction en un seul volume d’une trilogie qui prend place à Kamenets-Podolski, dans l’ouest de l’Ukraine, à partir de la Guerre Civile. Je n’ai que la première partie qui, certes, contient son lot de propos idéologique (les partisans de Petlioura ne sont que des bandits), mais qui offre une vision intéressante de la guerre civile ukrainienne, par de jeunes adolescents qui passent leur temps dans un vieux château.

 

Boris Polevoï, Sur la Rive sauvage, sans date (vers 1965).

DSCN8507.JPGDSCN8508.JPGDSCN8510.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Boris Lavrenev, Le Quarante et unième, sans date.

DSCN8526[1].jpgDSCN8527[1].jpgDSCN8528[1].jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recueil de nouvelles qui se passent durant la guerre civile, voire avant. L’auteur donne certes sa préférence aux Bolcheviks, mais sans manichéisme. La nouvelle titre est un chef-d’œuvre.

 

Alexandre Fadéev, Le Dernier des Oudégués, sans date (après 1965).

DSCN8529.JPGDSCN8530.JPGDSCN8531.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Matveï Teveliov, « Verkhovina, notre lumière », sans date.

DSCN8604[1].jpgDSCN8605[1].jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Yanka Bryl, Récits, sans date.

DSCN8606[1].jpgDSCN8607[1].jpg

 

 

 

 

 

 

 

Petit recueil de nouvelles édité au format poche. Du réalisme soviétique, certes, mais bien fait. Le premier long récit, un drame rural, vaut le détour.

 

Olga Forche, Vêtus de pierre, sans date.

DSCN8608[1].jpgDSCN8609[1].jpgDSCN8610[1].jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Anton Makarenko, Les Drapeaux sur les tours, sans date.

DSCN8623[1].jpgDSCN8624[1].jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Léon Tolstoï, Les Récits de Sébastopol, 1962.

DSCN8625[1].jpgDSCN8626[1].jpgDSCN8627[1].jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nouvelle édition de ce recueil, dans un format plus petit, avec jaquette et de nouvelles illustrations.

 

Iouri Rytkheou, Rintyn va à l’université, sans date.

DSCN8771.JPGDSCN8772.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Édition au format poche de ce qui est peut-être le premier roman traduit en français de cet auteur tchouktche.

 

Iouri Trifonov, La Soif étanchée, sans date.

DSCN8773.JPGDSCN8774.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Youri Naguibine, La Pipe. Récits, sans date.

DSCN8775.JPGDSCN8776.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Recueil de nouvelles au format poche.

 

Lev Nikouline, Les Aubes de Moscou, sans date.

DSCN8782[1].jpgDSCN8783[1].jpgDSCN8784[1].jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Co-édité par les Éditeurs Français Réunis, une maison d’édition communiste de Paris.

 

Nicolas Tchoukovski, Le Ciel de la Baltique, sans date.

DSCN8859.JPGDSCN8860.JPGDSCN8861.JPGDSCN8862.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sciences

 

Constantin Tsiolkovski, Le Chemin des étoiles, sans date

DSCN8496.JPGDSCN8497.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il s’agit d’un recueil des écrits de Tsiolkovski, le pionnier de l’astronautique, lesquels peuvent être aussi bien des travaux théoriques que des nouvelles littéraires à vocation vulgarisatrice. On trouve à la fin un cahier d’illustrations. Il y avait une jaquette avec ce livre : je ne l’ai pas.

 

Après les années 1960, la situation change du point de vue éditorial. Les éditions Mir et les éditions du Progrès continuent à publier de la littérature, parfois sous la même maquette, mais des noms éditoriaux différents. Ainsi, une petite série de romans de science-fiction paraît parfois sous le nom des éditions Mir (les deux premiers), parfois sous celui des éditions du Progrès (le troisième).

DSCN8427.JPGDSCN8428.JPGDSCN8429.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Durant les années 1970 apparaissent les éditions Radouga, qui vont prendre le relais des éditions du Progrès, et éditer aussi bien de la littérature contemporaine soviétique, que des romans de science-fiction et même quelques polars. J’en ai parlé en détail ici.

 

Il y eut aussi diverses éditions d’art, notamment Avrora à Léningrad, et Sovietski Khoudojnik à Moscou, qui publièrent de grands et beaux livres, essentiellement des catalogues de musée ou des monographies de villes touristiques. Elles eurent leurs homologues en Ukraine et en Biélorussie. Les titres peuvent être en russe, ukrainien ou biélorusse, mais bien souvent ces livres sont bilingues, voire trilingues.

DSCN8941.JPG

 

 

 

 

 

 

 

À partir des années 1970 aussi, certaines des républiques soviétiques ont elles-mêmes lancé leurs éditions en langues étrangères. Les plus importantes sont les éditions Dnipro, à Kiev, qui ont publié des romans, des recueils et des livres pour enfants.

 

Vassyl Zemliak, Stratione l’ardent, dont j’ai parlé ici.

Dnipro.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais Ganatleba à Tbilissi (Géorgie) a aussi édité ou réédité une poignée d’œuvres en français, telle que :

Constantine Gamsakhourdia, La Dextre du grand maître, 1974.

DSCN8912.JPGDSCN8913.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Initialement traduit du russe pour les Éditeurs Français Réunis dans les années 1950, cette traduction a fait ici l’objet d’une révision sur le texte géorgien.

 

À Minsk (Biélorussie), les éditions Younatstva, tard venues, se sont concentrées (pour ce qui concerne les traductions françaises), sur les livres pour enfants.

 

La Belle famille. Berceuses, amusettes, jeux, comptines populaires biélorusses, 1982.

DSCN8914.JPGDSCN8915.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Tard venues elles aussi, les éditions Literature Artistica à Kichinev (Moldavie), ont édité deux recueils du folkloriste Grigore Botezatou :

 

Grigore Botezatou, Contes populaires moldaves, 1986.

DSCN8936.JPGDSCN8937.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Une autre édition, dans un format plus petit et avec d’autres illustrations, était parue quelques années auparavant.

 

Grigore Botezatou, Légendes moldaves, 1990.

DSCN8934.JPGDSCN8935.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La plupart de ces livres, très mal distribués en France, sont rares, voire rarissimes.

 

 

Bien évidemment les Soviétiques n’ont pas été les seuls à pratiquer l’art de la propagande via des éditions en Langues étrangères.

Côté européen, certains pays socialistes ont aussi participé à cette action, de façon plus ou moins riche.

Les éditions Polonia à Varsovie (Pologne), ont édité ainsi nombre d’essais, de documents, mais aussi une petite poignée d’ouvrages littéraires dont :

 

Andrzej Kijowski (éd.), Nouvelles contemporaines polonaises, 1960.

DSCN8927.JPGDSCN8928.JPGDSCN8929.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

En Albanie, un recueil de chants épiques traditionnels a été édité en français par l’Académie des Sciences locales :

 

Chansonnier épique albanais, 1983.

DSCN8930.JPGDSCN8931.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Recueil remarquable pour ceux travaillent sur les traditions balkaniques et notamment les chants épiques. Il pèche cependant par le fait qu’il se termine par un chant à la gloire d’Enver Hodja, tombant ainsi dans le fake-lore tel que l’ont pratiqué auparavant les Soviétiques eux-mêmes.

 

Les Tchécoslovaques ont eu les éditions Artia, avec exemple ce recueil de Ballades populaires slovaques, édité vers 1963.

DSCN8932.JPGDSCN8933.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’agence de presse Orbis a aussi publié quelques travaux. Ainsi :

Bohuslav Chropovský, Les Slaves. Leurs évolution et importance historique, politique et culturelle, 1989.

DSCN8940.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Un ouvrage très illustré, mais aussi, hélas, très orienté du point de vue idéologique, et donc scientifiquement peu fiable.

 

Les Roumains ont eu aussi leurs propres Éditions en Langues étrangères. J’ai pu retrouver d’elles cette trilogie :

Cezar Petresco, Effondrements, 3 volumes, 1954.

Petresco1.jpgPetresco2.jpgPetresco3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les années 1970, elles semblent remplacées par les éditions Minerva, qui ont publié notamment :

Petre Ispirescu, Contes roumains, 1979.

DSCN8938.JPGDSCN8939.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin il faut compter aussi sur les Bulgares, qui ont eu un temps leurs éditions en langues étrangères. Cependant, je n’en possède aucun volume.

 

Il est possible d’aller loin vers l’Est, en Asie, pour retrouver des Éditions en Langues étrangères communistes.

 

Les Éditions en Langues étrangères chinoises, qui existent toujours, ont publié évidemment les œuvres complètes de Mao, mais aussi des essais, des documents, notamment sur l’archéologie, de la littérature, ancienne comme moderne, des dictionnaires.

Je possède entre autres pour ma part les quatre volumes de cette collection :

Contes populaires chinois, 4 volumes, 1962.

Chinois.jpg

 

 

 

 

 

Des petits livres très joliment illustrés, qui n’ont pas de caractère scientifique, mais qui contiennent tout de même des contes non seulement des Hans, mais aussi des minorités ethniques.

 

La Corée du Nord a eu bien évidemment aussi, imitant le voisin chinois, ses Éditions en Langues étrangères, mais elles semblent n’avoir publié que des essais et documents (avec des titres du genre : Brillante solution du problème des cadres nationaux en Corée), ainsi que les œuvres complètes de sa dynastie de dirigeants, à l’exception du dernier qui semble-t-il n’écrit pas ou ne juge plus nécessaire de se faire traduire en français.

 

Enfin, le Vietnam communiste a aussi édité quelques ouvrages en français, dont cette intéressante

Anthologie de la littérature vietnamienne, t. I, des origines au XVIIe siècle, 1972.

DSCN8910.JPG

 

16/01/2021

J.-H. Rosny aîné - Les Femmes de Setnê

DSCN8377.JPGPublié en 1903 chez Ollendorf, Les Femmes de Setnê est un court roman de J.-H. Rosny aîné paru sous le pseudonyme d'Enacryos. L'action prend place en Égypte ancienne, juste après que les Hyksos aient été chassés, sous le règne de Thoutmès III. Setnê est un jeune soldat plein d'avenir. Commandant une phalange, il s'apprête à la guerre que le pharaon veut mener contre Ninive. Mais lors d'une fête, il croise une jeune esclave nomade, et pris de désir pour elle, il la rachète. Dans le même temps, il rencontre la sœur du pharaon. L'esclave, qui ne cherche qu'à se venger de ceux qui l'ont mise dans cette condition, va aider le jeune homme à se rapprocher de la princesse, en échange de son soutien dans sa vengeance.

Voilà un bien étonnant court roman, dont je ne saurais vraiment dire s'il est bon ou mauvais. Toujours est-il qu'il est intéressant. Très joliment écrit, il souffre cependant de plusieurs défauts. Le principal est l'érotisme. Ou ce qui est supposé être de l'érotisme. Soyons cru: Setnê veut se taper l'esclave, qui refuse. Mais Setnê veut aussi se taper la princesse, qui elle-même se taperait bien Setnê. L'esclave servira d'intermédiaire, et la princesse voudrait bien la remercier en se la tapant... mais la belle reste farouche et ne cèdera qu'au désir du pharaon.

"Désir", pas "amour". Tout le monde veut se taper tout le monde, pris par une sorte de pulsion qui est plus animale que réfléchie. Et bien souvent, peu importe le consentement: dans Les Femmes de Setnê, les hommes violent les esclaves et les captives de guerre comme les marquis tripotent les soubrettes dans les vaudevilles. Elles ne le veulent pas? Et alors! De ce point de vue là, Les Femmes de Setnê a terriblement vieilli, même lorsque l'on fait l'effort d'une remise en contexte.

DSCN8378.JPGCependant, il reste un roman étonnant... car ce n'est pas un roman historique, mais bel et bien un roman de fantasy. Lorsque la guerre commence, les troupes de Setnê doivent en effet affronter des dragons, puis des tigres colossaux, et enfin un mystérieux peuple qui vit au fond – c'est-à-dire dans les eaux – d'un marais. Un peuple à la peau bleue. Toute cette partie rappelle singulièrement la production américaine plus tardive, celle des pulps.

L'édition originale chez Ollendorf comprend de magnifiques gravures dessinées par Dufau et gravée par Lemoine, gravures a priori absentes de la réédition de 1931 chez Flammarion. Le roman lui-même a été réédité en 2014 par Fabrice Mundzik, dans le recueil Fables antiques et autres récits érotiques, chez Bibliogs. Ce recueil est malheureusement épuisé.

28/12/2020

Mykhaïlo Kotsioubynsky - Ombres des ancêtres oubliés

Kotsioubinski.jpgMykhaïlo Kotsioubynsky (1864-1913) est considéré comme un des plus grands auteurs ukrainiens, un des fleurons de la brève renaissance de la littérature ukrainienne de la veille de la Première Guerre mondiale. Que connaissons-nous de son œuvre en France? Rien. En volume, il n'y a eu que les deux nouvelles parues dans ce volume, Ombres des ancêtres oubliés, paru en 1970 chez PIUF et réédité en 2001 chez L'Âge d'Homme. Les deux éditions sont maintenant indisponibles. Autant dire que c'est un auteur oublié.

Ombres des ancêtres oubliés, aussi nommée Les Chevaux de feu, prend place dans les Carpates ukrainiennes, chez les Houtsoules, de rudes paysans montagnards (ils furent les derniers d'Europe à voir leur terroir organisé en paroisses chrétiennes, au XVIIIe siècle). Elle suit le destin d'Ivan, coincé dans la rivalité entre deux familles, amoureux fou d'une jeune fille qu'il ne pourra épouser, et qui finira par se marier par dépit. Ombres des ancêtres oubliés est un texte fantastique dans tous les sens du terme: les croyances des Houtsoules, notamment en Aridnik, le diable, y prennent littéralement corps. Un texte puissant et beau. Chef d'œuvre? Sans doute.

Sur le rocher est aussi l'histoire d'un amour tragique. L'histoire prend place en Crimée, dans un petit village côtier de Tatars. Ali, l'aide turc d'un marchand grec de sel, est amoureux fou de Fatma, la jeune épouse d'un boucher tatar. Pourront-ils s'enfuir? Le texte est court, mais bouleversant.

Quitte à choisir entre les deux éditions, il faut préférer celle de chez PIUF, certes plus rare, notamment avec sa jaquette, mais fort belle, avec d'impressionnantes gravures de H. V. Yakoutovych.