Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/11/2012

George R. R. Martin - Riverdream

Martin.jpgEt voilà, ça devait arriver avec le raz-de-marée ambiant... j'ai lu un livre avec des vampires. Le pire est que je m'en remettrai sans problème. Il faut dire que l'auteur n'est pas n'importe quel tâcheron, mais George Martin, un auteur pour lequel je voue une admiration sans borne pour ce qui concerne sa production des années 70/80 (oui, parce que Le Trône de Fer, ça va un moment, hein?). Bref.

Abner Marsh est le patron d'une compagnie de vapeurs sur le bassin du Mississipi. Et risque de ne plus l'être longtemps: ses navires font naufrage les uns après les autres, et il ne lui reste plus qu'un vieux raffiot qui risque bientôt à son tour de rendre l'âme. Mais voilà qu'une nuit il est contacté par un étrange personnage, Joshua York, un jeune homme pâle comme un fantôme et richissime. York propose à Marsh de lui construire le bateau le plus, le plus beau, le puissant que le fleuve ait jamais porté, et dont il serait le capitaine. York se contenterait, avec ses amis, d'en être les passagers permanents.

Le navire, avec un tel tonnage, promettant d'être particulièrement rentable, les hésitations de Marsh sont brèves, et rapidement, le Rêve de Fèvre est armé. Mais qui sont donc ces gens qui entourent York et qui ne sortent que la nuit? Et pourquoi donc York lui-même apparaît un soir devant Marsh, les vêtements tachés de sang? Les rumeurs vont bon train, notamment au sein des employés noirs qui menacent rapidement de quitter le navire.

Avec Riverdream (titre original Fevre Dream), George Martin livre un roman fantastique de facture classique (difficile de tout façon de faire original avec les vampires), et j'avoue par ailleurs ne pas avoir été particulièrement séduit par la théorie qu'il nous propose sur l'origine de ces créatures (on retrouve la même, à peu de choses près, dans Vision Aveugle de Watts, qui pourrait la lui avoir piquée). Mais ce qui compte dans Riverdream, plus que l'intrigue, c'est le contexte et le personnage central.

Le contexte: les USA juste avant la Guerre de Sécession. Un pays riche mais complexe, tiraillé par les tensions raciales. La description que fait Martin des villes du bord du Mississipi est fascinante, même si jamais, au grand jamais on souhaiterait y vivre tant elles sont le royaume de la crasse et de la violence.

Le personnage: Abner Marsh. Voilà un bonhomme qui n'a rien d'un play boy. Marsh ressemble en plus d'un point à Haviland Tuf, héros d'un roman de Martin de la même époque. Disgrâcieux, voire même laids, gros, pour ne pas dire énorme, mais roublards et rusés, et surtout emplis d'un sens profond de la justice, ils sont particulièrement attachants. Marsh, dans sa quête sans fin de "son" bateau, permet au roman d'acquérir un souffle presque épique impressionnant. Et rien que pour lui, Riverdream mérite d'être lu.

Ajoutons à cela un sens abouti de la narration qui fait que l'on tourne les pages sans pause ni répit, et l'on obtiendra un fort bon livre.

03/11/2012

Jean et Doris Le May - Les Gardiens de l'Almucantar

Almucantar.jpgLes Gardiens de l'Almucantar sont deux, un homme et une femme, détenteurs des ultimes bribes du savoir antique qui a disparu lorsque la terre fut par le passé ravagée. Sans en être les dirigeants, ils dominent la petite société qui s'est formée au sommet d'un montagne, rythmant sa vie grâce aux prédictions qu'ils tirent de l'observation des étoiles. Ce petit monde est isolé d'un milieu hostile par une barrière de roche puis par une forêt d'arbres gigantesques - et peut-être intelligents. Parfois, ces arbres laissent tomber une Coque, une énorme graine ailée, et donc volante. Alors peuple envoie ses jeunes les plus vigoureux la chercher, puis en sélectionne deux parmi eux, deux qui seront les éclaireurs, à bord de la Coque, destiné à frayer le chemin d'un possible essaimage. Mais jusqu'ici, aucun des couples envoyés lors des années passées n'est revenu. Gael et Elene parviendront-ils à être cette fois-ci les messagers et à réussir l'essaimage?

Avec Les Gardiens de l'Almucantar, les Le May reviennent au post-apocalyptique, mais dans un genre assez particulier, puisque le futur présenté prend place très longtemps après le cataclysme, à un moment où ne possède plus le moindre souvenir de ce que fut la civilisation auparavant. Ce qui donne à ce roman de singuliers aspect de fantasy, ce qui n'est pas déplaisant, le style des Le May s'adaptant parfaitement bien à ce genre. Les Gardiens de l'Almucantar est un roman particulièrement bien troussé, qui se place dans le haut du pannier de la production des auteurs: un plan parfait, un style sans faiblesse, tout au plus regrettera-t-on qu'en dépit des multiples allusions faites à quelque chose de supérieur, qui guide le destin, ou plutôt qui semble l'avoir préparé, des survivants, on n'en sache pas plus, comme si les auteurs avaient prévu une suite, suite qui à ma connaissance n'existe pas...

02/11/2012

INTERCO va renaître!

Je me permets de recopier un appel publié ailleurs par Jean-Michel Archaimbault, appel auquel je compte bien répondre, d'une manière ou d'un autre - ceux qui me suivent savent à quel point j'aime l'oeuvre des Le May:

Interco.jpg

"PROJET INTERCO
Les esprits curieux auront sûrement noté la présence, au programme de la Collection Blanche pour fin 2013, d’un volume intitulé INTERCO.
Tel que le projet est aujourd’hui configuré selon Jean-Marc Lofficier et moi-même, il comprendra une introduction relative aux « Enquêtes Galactiques » publiées en Anticipation entre 1966 et 1979 par J. et D. Le May, une partie encyclopédique similaire à celle de « Martervénux », un résumé succinct de tous les romans de la série, et idéalement plusieurs nouvelles inédites s’insérant dans le contexte INTERCO.
Nous en sommes actuellement au recensement des entrées du futur lexique encyclopédique. Les quatre enquêtes « canoniques » ayant pour héros les célèbres Rockenret et Gerdavid auront été traitées d’ici mi novembre, et le nombre astronomique d’entrées rien que pour les trois premières confirme ce que les lecteurs de ces romans avaient déjà noté : la Fédération Galactique des Le May peut s’inscrire parmi les plus fouillés des univers de la SF francophone classique…
Toutes celles et tous ceux d’entre vous qui seriez motivé(e)s pour participer au projet en proposant une nouvelle serez les bienvenu(e)s.
Le cahier des charges est simple à tracer :
1) s’intégrer dans l’univers INTERCO en utilisant ses données, ses constantes et ses thématiques principales,
2) respecter une unité stylistique avec l’oeuvre originale de J. et D. Le May (pas de « mise en boîte » ni de décalage « iconoclaste »),
3) imaginer une « Enquête Galactique » de longueur raisonnable (15 à 30 feuillets A4 normalisés double interligne, Times 12, 1500 signes espaces compris) mettant en scène des enquêteurs déjà mentionnés par les Le May (héros principaux ou cités au passage) ou d’autres inventés pour la circonstance,
4) avoir rédigé la première version de la nouvelle et nous l’expédier, à Jean-Marc et moi-même, pour début juin 2013 au plus tard.
Mais avant tout, si possible d’ici fin décembre 2012, nous souhaitons savoir qui d’entre vous sera participant(e) potentiel(e) à cette aventure !
En cas d’absence de textes inédits, il sera envisagé de rééditer l’un des romans majeurs de la série – un choix assurément difficile, mais les pistes existent déjà.
Alors, à vos souvenirs, à votre courage et à votre inspiration…
Comptant sur vous, « Anticipassionnément Vôtre »!
http://www.riviereblanche.com/interco.htm