Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2010

Faux airs - 7

De gros doutes, là-encore, plannent sur les faux airs qui vont suivre. En 1995, Natacha Atlas Sort un premier album solo remarqué, Diaspora, avec, entre autres, un flamboyant Leysh Nat'arak.

Et de l'autre côté de la Méditerranée (si l'on peut dire, puisque Natacha Atlas est anglo-égyptienne, née à Bruxelles), en 2000, le groupe international Von Magnet, qui alligne avec régularité les chef d'oeuvres d'électro-flamenco, sort un album très éclectique, le bien nommé El Planeta, avec entre autres aussi, The Multiplicity of Me...

Alors, "faux air" ou pas? Sachant que ces coquins de Phil Von, Flore et Mimetic (Jérôme Soudan), ont cru bon d'indiquer sur la pochette d'El Planeta: "Sentez-vous libre de nous sampler comme nous vous samplons"...

 

26/11/2010

Faux airs - 6

Bon, là j'ai comme un doute... Trent Reznor aurait-il trop écouté Einstürzende Neubauten lors de l'enregistrement de son chef-d'oeuvre, l'album The Fragile (1999)?

Toujours est-il qu'entre Die Interimslieben d'Einstürzende Neubauten (sur Tabula Rasa, 1993, version anglaise ici)... et The Big Come Down de Nine Inch Nails, les passerelles sont nombreuses...

Même constat entre Haus de Lüge (sur l'album du même nom, 1989) et Somewhat Damaged de NIN.

Influence? Ou réellement communauté d'esprit?

18/11/2010

Faux airs - 5

C'est idiot, mais même si je suis tout seul à jouet, j'aime bien ce jeu. Donc aujourd'hui, ce sera:

Alain Bashung, avec Madame Rêve, sur Osez Joséphine (1991)...

... et Dead Can Dance, avec Persephone, sur Within the Realm of a Dying Sun (1987).

 

Version lumineuse et version noire.