Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2020

Romain Benassaya - Arca

Benassaya.jpg2147. Sorany est une jeune étudiante qui a fuit la colonisation forcée de Mars en s'engageant auprès du professeur Henri Stern pour une mission d'exploration et d'étude d'Encelade, un satellite de Saturne. Une sonde révèle un jour l'existence d'un réseau de tunnels qui ne peut être naturel. Et lors d'une sortie d'exploration, Sorany découvre l'Artefact, c'est-à-dire une matière étrange, douée de particularités physiques anormales.

2157. Sorany a été bombardée experte de l'Artefact et se retrouve embarquée à bord d'Arca, un immense vaisseau spatial, avec 3600 membres d'équipage, le premier à être lancé vers une autre étoile. En effet, même si l'on ne comprend toujours pas comment il agit, on s'est rendu compte que l'Artefact pourrait permettre de voyager plus vite que la lumière.

Premier roman de Romain Benassaya, Arca (2016), est pour moi une grosse déception, et pour tout dire, je n'ai pas pu aller au-delà de la première partie: la lecture s'est pour moi arrêtée à la page 174.

L'idée de départ n'était déjà guère originale, mais après tout, j'ai voulu laisser sa chance à un nouvel auteur, qui aurait pu apporter du neuf à un vieux thème. Hélas, c'est épouvantablement mal écrit. Les personnages n'ont aucune épaisseur et pourraient, et c'est d'ailleurs souvent le cas, voir leur nom simplement remplacé par leur fonction. Ainsi le commandant d'Arca est "le commandant", et Henri Stern est le plus souvent nommé "le professeur". Et comme on ne sait pas réellement ce qu'il peut bien enseigner (la biologie? la paléontologie? la géologie? autre chose?), il restera sans cesse "le professeur". Donnons un petit exemple avec la page 148 (de l'édition en poche) :

scan_lajoyep_2020-03-03-08-12-05.jpeg

Cette absolue pauvreté de vocabulaire a pour résultat un style épouvantablement lourd, chargé de répétitions. L'auteur aurait pu se donner la peine de diversifier les appellations du "professeur", dont le prénom est après tout "Henri", et qui, en tant qu'amant de Sorany, aurait pu être "Fifi" ou "Loulou", ou tout ce que vous voulez comme surnom pour varier un peu dans cette monotonie.

Et le pire est que l'on se retrouve aussi des répétitions dans la structure. On peut lire p. 135:

"Jupiter ne cessait de grossir. La planète n'avait plus l'apparence d'une étoile un peu plus brillante que les autres, mais était devenue une boule de lumière rouge pâle, se distinguant clairement des autres astres."

Un passage qui a tout de suite un goût de déjà vu, puisque 14 pages auparavant, on pouvait lire:

"[...] elle fut surprise de voir Jupiter déjà si brillant au travers du plafond vitré. L'astre, point rougeoyant seulement un jour plus tôt, ressemblait à présent à une boule de lumière vive, clairement distincte des autres étoiles."

Ajoutez à cela quelques anglicismes agaçants:

"Frank observait lui aussi la foule depuis une passerelle interdite au public. Ses lentilles magnifiaient sa vision [...]."

C'est superchouette, des lentilles qui améliorent le paysage et le rendent beau! 

Donc voilà. J'ai abandonné. Je vieillis, et plus je vieillis, plus je me dis que je ne peux plus perdre de temps à finir un mauvais livre.

Écrire un commentaire