Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/09/2018

Christophe Thill et Thomas Bauduret (dir.) - L'Amicale des jeteurs de sorts

malpertuis28-2013.jpgAutant le recueil d'Anne-Sylvie Salzman offrait un fantastique à la fois neuf et personnel, autant l'anthologie L'Amicale des jeteurs de sorts proposée par Christophe Thill et Thomas Bauduret chez Malpertuis (2013), se base sur un thème ancien s'il en est, celui des sorciers et magiciens. 

Ce sont vingt quatre auteurs que l'on retrouve donc au sommaire de ce copieux ouvrage de 350 pages. Copieux, et sans doute hélas trop long. Certes, je n'ai pas grand chose à redire de la qualité littéraire des textes: les deux anthologistes ont fait du beau travail, et on pourra juste tiquer sur un texte ou deux. Mais c'est le caractère très classique de bien des textes qui m'a parfois ennuyé. Il est difficile de faire du neuf avec du vieux. Ceci-dit, le recueil vaut le détour pour un certain nombre de textes remarquables. Robert Darvel nous présente ainsi non pas des jumeaux maléfiques, mais des siamois, en un texte surprenant qui n'est pas sans rappeler une nouvelle sordide d'Alexandre Tchaïanov. Julien Heybroeck est encore plus surprenant avec ses obèses réunis en une sorte de club informel et assassinés les uns après les autres, sans qu'ils sachent pourquoi, par des magiciens. Jacques Fuentealba présente un à-côté de son univers développé dans le roman Retour à Salem. Simon Sanahujas propose une remarquable nouvelle sur la réécriture du réel et ses risques, très bien construite même si ça n'était pas évident du tout. Hong Kong by night de Roman d'Huissier est une fantasy urbaine classique mais diablement efficace. La nouvelle de Franck Ferric est une belle et triste variation du Portrait de Dorian Gray. Et le tout se clôt par un space opera... fantastique de Karim Berrouka: un mélange des genres que l'on croise peu. 

Rien que pour ces textes, cette anthologie mérite d'être lue. 

Écrire un commentaire