Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2018

Franck Ferric et Pierre Le Pivain – Retour à Silence

Ferric.jpgJe suis loin d'avoir tout lu de Franck Ferric, mais jusqu'ici, c'est pour moi un sans faute: Trois Oboles pour Charon est un bijou, et La Loi du désert était un excellent premier roman. Dans Retour à Silence (2014), l'auteur revient justement dans l'univers développé dans La Loi...: le monde est transformé en un vaste désert où ne subsistent que quelques rares villes gangrénées par la violence.
Ici, Alej est un ancien raffineur, autrement dit une sorte de pistolero chargé le plus souvent d'escorter des convois hors de sa ville, et autrement de faire le coup de main pour son patron. Pour son malheur, il est tombé amoureux de la fille de celui-ci, et lorsque le couple fuit la ville, elle est touché par une balle et tuée. Alej se retrouve seul en plein désert, dans un refuge qu'il a nommé Silence. Mais voilà que plusieurs années après, un pisteur, un de ses anciens collègues, a retrouvé sa trace. Pour faire cesser ces poursuites, Alej va devoir taper directement à la source, en tuant son ancien patron. 

Retour à Silence n'est pas une suite de La Loi du désert. C'est un roman tout à fait indépendant, qui peut se lire seul. Mais on y retrouve la crasse, la poussière, le désespoir, la lutte âpre pour garder ce peu de vie qu'on appelle encore "civilisation". On y retrouve aussi la patte de Franck Ferric, avec ce style fort, vif, et en même temps régulièrement poétique. Et pour bien faire, les illustrations de Pierre Le Pivain accompagnent très bien le texte (même si on aurait pu se demander: pourquoi Lucky Luke en couverture?).

Bref, il y a vraiment eu de très bonnes choses aux éditions du Riez, hélas disparues. Mais pour le coup, pourquoi donc ces très bons romans ne sont-ils pas réédités en poche? 

Écrire un commentaire