Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/07/2018

Christian Léourier - Ti-Harnog

jl1722-1984.jpgL'humanité a essaimé dans une partie de la galaxie. Mais depuis les liens entre les mondes se sont rompus, et seule Lanmeur, une planète civilisée, envoie un peu partout des contacteurs chargés d'explorer les autres mondes et de voir si des relations sont possibles. Twern est l'un d'eux. Mais son arrivée sur Ti-Harnog se passe fort mal: son vaisseau est détruit et il n'a pas eu le temps d'apprendre ce qu'était le monde sur lequel il a atterri. Ti-Harnog est particulière: l'humanité, dont la civilisation en est au stade médiéval, est organisée grâce à une système de castes strict, mais volontaire. On ne naît pas dans une caste, on fait le choix de lui appartenir. Ce choix se fait à un moment particulier de la vie. En effet, sur ce monde, on naît femme, et on meurt homme. Et c'est lorsque la transformation physiologique se fait que la caste est choisie. Les conflits sont rares, les unions assez libres. Tout se fait sur la base du volontariat, tant que l'on respecte les règles des castes. Il y a pourtant des parias, qui vivent loin au nord. Des exclus des castes, mais aussi des femmes qui ont raté leur transition.

Twern faint l'amnésie, pour s'intégrer à ce milieu, et en attendant, on lui attribut une caste à lui tout seul, celle des Visiteurs, contraints à l'errance. Mais sa venue sur ce monde va bouleverser l'ordre établi et le contacteur lui-même devra rapidement abandonner son rôle de simple observateur, pour prendre une part active aux événements.

Ti-Harnog est un roman de Christian Léourier qui fait indubitablement penser à Il est difficile d'être un dieu, des frères Strougatski, tant le postulat de base est le même: une planète à la civilisation avancée envoi des observateurs sur les planètes primitives. À charge pour ses observateurs de rester discrets et de ne surtout pas s'immiscer dans les affaires locales, et ce, quoi qu'il puisse leur arriver. Et dans les deux cas, des drames vont les contraindre à quitter ce rôle. Mais là où les Strougatski proposaient une métaphore de la Terre et de son histoire, Christian Léourier, lui, invente un monde tout entier, basé sur un système socio-politique inédit. Et c'est brillant. Ajoutons à cela un style riche, qui accompagne aussi bien les moments de répit que les batailles, et l'on comprendra que Ti-Harnog est un excellent roman qui se lit toujours avec grand plaisir.
J'ai relu ce roman dans sa vieille édition de chez J'ai lu, que je possède depuis fort longtemps, mais les éditions Ad Astra, hélas en cours de fermeture, ont eu l'excellente idée de rééditer ce roman au sein d'omnibus consacrés au cycle de Lanmeur, omnibus eux-mêmes repris en poche par Folio-SF: précipitez-vous sur ces rééditions.

Écrire un commentaire