Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2020

Jean et Doris Le May - Irimanthe

Irimanthe.jpgOui, je n'ai pas encore lu tous les romans des Le May que je possède. Attendez-vous donc à lire encore quelques notes à leur sujet sur ce blog. Pour aujourd'hui, ce sera donc Irimanthe (1970), qui se place dans le vaste cycle d'Interco, la police spatiale de la future Fédération, unissant aussi bien des peuples humanoïdes que d'autres plus étranges. Ici, il est question des Végiens, des êtres à la civilisation très avancée, au corps informe et transparent, protoplasmique, doté de six pseudopodes et d'yeux à facettes. Des créatures qui suscitent assez peu l'empathie. Et pourtant, avec Irimanthe, les Le May nous plongent directement dans leur univers, car le premier tiers de ce roman se passe sur leur planète, en quasi-absence d'humanoïdes. 

Les Végiens sont neutres, et leur reproduction est strictement encadrée par la loi. Mais par un de ces hasards dont l'univers a le secret, ils sont sensibles visuellement aux mouvements des humanoïdes, à la danse notamment, qui leur procure des sensations érotiques et les plonges en transe. Pendant longtemps, les Végiens ont alors pratiqué la traite d'esclaves, avant de normaliser la chose et de passer par des volontaires. Pour autant la traite continue, encadrée secrètement par le responsable de la Sécurité. Celui-ci organise des séances secrètes, auxquelles participent les plus hauts responsables du gouvernement. Mais voilà que ceux-ci se mettent à mourir, les uns après les autres. Le point commun entre ces morts: la danseuse Irimanthe, qui a mystérieusement disparu.

Et lorsqu'elle arrivera à court d'hypothèses, la Sécurité va bien sûr faire appel à Interco.

Irimanthe n'est pas un des meilleurs romans des Le May. Il commence très fort, cela-dit, avec cette plongée dans le monde des Végiens, ne nous épargnant aucun détail anatomique (vu que leur corps est translucide). Mais dès qu'Interco intervient, cela vire à une enquête finalement assez classique, dont la conclusion, pourtant intéressante, arrive trop vite. Pour autant, c'est une lecture tout à fait agréable et recommandable.

Écrire un commentaire