Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2019

William Camus et Jacky Soulier - Le Péril vient de la terre

Camus.jpgDans un futur qui pourrait être proche, le monde est toujours divisés en deux blocs politiquement opposés. Grâce au nucléaire, il n'y a plus de crise énergétique, mais en raison de l'emploi de sur-générateurs, on observe une augmentation considérable de la production de déchets non-recyclables. Une solution a donc été trouvée: on les enferme dans de gros cylindres de bétons que d'immenses barges vont déverser au-dessus des fosses océaniques, dans des mers déjà si polluées qu'on n'ose plus y pêcher le moindre poisson. Basile est le capitaine d'une de ces barges, mais son métier le dérange de plus en plus, d'autant plus que pour manipuler les cylindres, on utilise des servants, des créatures humanoïdes d'une docilité remarquable.

Au fond de la mer, Argo est un jeune Tlante qui va bientôt se marier. Mais voilà qu'on découvre non loin de sa cité des quantités phénoménales de cylindres visiblement manufacturés. Après une phase d'étonnement, on se décide à employer ces cylindres comme matériau de construction...

William Camus est un auteur qui a publié dans les années 1970 et 1980, seul ou avec d'autres auteurs tels que Jacky Soulier, une dizaine de romans pour la jeunesse dans lesquels le message écologique était déjà très fort. J'avoue d'ailleurs avoir été profondément marqué, lors de mon arrivée au collège, par la lecture de son Robots. Historique de la robotique mobile du XXIème au XXVème siècle. Mais je ne connaissais pas ce petit roman, Le Péril vient de la terre (1981, Bordas), qui est en fait le premier tome d'un diptyque. Et ma foi, c'est fort sympathique. Le récit est bien construit, et s'il ne contient aucune réelle surprise, il amène les choses de façon intelligente. Trente huit ans après sa première parution, il est hélas toujours d'actualité. Il me reste donc à me procurer le deuxième tome.

Écrire un commentaire